Des cours d’informatique à domicile

Vanter les qualités et les spécificités de telle ou telle box Internet, c’est bien ; comprendre de quoi on parle, c’est mieux. Pourtant, même s’il est évident que notre monde se digitalise de plus en plus, tout le monde n’a pas reçu la même formation aux outils informatiques. Si vous estimez avoir des lacunes dans ce domaine, mais que vous avez terminé vos études il y a longtemps, ne vous laissez pas décourager. Des experts dans le domaine existent et sont tout à fait disposés à vous transmettre leur savoir, si vous savez où les trouver.

Des cours d’informatique rien que pour vous

Les cours particuliers ne sont pas destinés qu’aux étudiants. Si vous désirez pousser vos connaissances dans un domaine, vous pouvez faire appel à des spécialistes qui prendront votre formation en charge. Pas la peine de se fendre d’un cursus universitaire ou de cours du soir dépersonnalisés : il vous suffit de trouver des professeurs particuliers bons dans leur domaine, prêts à vous consacrer un peu de leur temps et adapter leur enseignement à vos besoins et vos connaissances.

Si ce sont les connaissances en informatique qui vous posent problème, peut-être ignorez-vous comment trouver de bons professeurs près de chez vous. Dans ce cas, sachez qu’il existe plusieurs plateformes en ligne spécialement dédiées à ce but. Superprof, par exemple, propose tout un catalogue de professeurs particuliers vérifiés, versés dans le domaine des sciences, des langues, de la musique ou, évidemment de l’informatique.

Libre à vous de sélectionner le professeur de votre choix. De manière générale, chacun renseigne ses niveaux de compétence. Selon si vous cherchez plutôt des conseils pour l’achat d’un ordinateur adapté à vos besoins, à apprendre les bases de l’informatiques, à maîtriser les suites bureautiques ou à apprendre différents langages de programmation, votre choix pourra se porter sur un professeur plutôt qu’un autre.

De plus, ces plateformes web embarquent bien souvent un espace de vote et de commentaire permettant de jauger la qualité des cours de chaque professeur. Ainsi, avant de porter votre choix sur l’un ou l’autre d’entre eux, vous pouvez vous assurer de leur sérieux et leurs compétences grâce aux avis de vos prédécesseurs.

Pour finir, sachez que la distance ne représente plus forcément un obstacle. Vous pouvez facilement commander et suivre des cours via webcam avec un professeur situé à l’autre bout de la France. Ceux qui proposent cette possibilité sont capables de vous apprendre ce qu’ils savent via ce média. Si vous préférez les cours à l’ancienne, à votre domicile ou celui du professeur, seul ou en groupe, vous pouvez bien évidemment en profiter en en faisant la demande.

Roku aurait t-il abandonné le marché français ?

Roku, la célèbre marque de boitiers TV streaming, a fait son entrée dans le marché français fin 2015. La marque bat des records aux Etats Unis, en surplombant Apple, Google et Amazon et leur Apple TV, Nexus TV ou encore leur Fire TV… L’entrée en France de Roku prévoyait d’appliquer la même stratégie et exploser la concurrence. 2 ans après, c’est visiblement un échec. Tandis qu’Android TV monte en puissance et s’invite même dans les décodeurs de nos opérateurs, la marque semble être abandonnée et boudée… Il faut dire que Roku n’a pas fait grand-chose pour endiguer ça. Un flop ou un abandon du marché français ?

Qu’est ce que Roku ?

Roku est une marque américaine qui fournit des petits boîtiers de Streaming simples et rapides à utiliser. Ce boitier TV est indépendant du cablo opérateur, ce qui constitue une de ses premières forces. L’offre comprend plus de 2000 chaines et applications, sous forme de replay, de VOD, SVOD, ou de la TV en Direct… L’utilisateur peut donc décider de ce qu’il veut regarder et quand il le veut. De plus, c’est lui qui décide de ce qu’il doit payer pour voir tel canal. Une grande différence par rapport à un bouquet TV classique en France. Ainsi les cablo opérateurs en pâtissent avec une baisse importante des abonnements TV standards, même Apple, Google et Amazon n’arrivent à dépasser la marque violette avec leur Nexus Player, Fire TV ou Apple TV. Un succès donc !

Une révolution en Europe et en France prévu…

Suite à ce fort succès, Roku s’est intéressé de près à l’Europe, encore sous domination des opérateurs et du bouquet TV classique. Ainsi, fin 2015, la marque lançait ses offres en France. Trois produits étaient (et le sont toujours) proposés : Le streaming stick (une clé TV), le Roku 2 et le Roku 3 (tous deux des mini boitiers TV). Au lancement :  Netflix, Google Play, Spotify, YouTube, Dailymotion, France 24, Videofutur, Deezer et Arte. La marque a affirmé d’enrichir rapidement l’offre TV. La stratégie de Roku : la même qu’aux Etats Unis, désavantager aux maximum le bouquet TV en proposant du contenu « A la carte ». Un succès programmé ? Certains ont été septiques sur la possibilité à la marque de trouver son public, dans un secteur aussi concurrentiel dominé par les opérateurs téléphoniques.

… qui est en train de devenir un flop ?

Malheureusement, deux ans plus tard, le rêve devient cauchemar… Encore beaucoup de chaines manquent à l’appel comme MyCanal, Motolov, BFM TV, OCS… alors qu’elles sont déjà disponible chez Apple TV et Android TV ! Le site internet de Roku France n’a pas été mis à jour depuis un an pratiquement, tout comme sa page facebook… Plus aucunes annonces faites par la marque. Zéro communication.  Pire même, beaucoup ne connaissent même pas la marque, ou l’on oubliée. Il faut dire que niveau communication, c’est raté pour Roku. Ce dernier n’arrive donc pas à faire le poids face à ses concurrents ? Ou tout simplement que Roku a abandonné le marché français ?

Roku n’a-t-il pas mesuré la concurrence ?

Roku aurait t’il sous-estimé la concurrence en France ? Aux Etats-Unis, il n’y a pas d’offre triple play tout en un, l’abonné est libre de choisir à quels services il s’abonne : s’il veut un service de TV ou non. En France, tout est en un avec les box internet, la TV est par conséquent directement inclus, sans laisser le choix à l’utilisateur. De plus, Android TV, concurrent de Roku, est de plus en plus intégré dans les box, comme c’est le cas de la Bbox Miami et la Freebox Mini 4K… Enfin, la convergence télécoms médias n’est pas bénéfique pour Roku. SFR par exemple est passé du stade d’opérateur téléphonique traditionnel à un des plus grands distributeurs de contenus TV, Sport et Presse, mettant en concurrence Canal… mais également les boitiers TV comme Roku.

Vers un retrait de la marque du marché français ?

La marque n’a pourtant pas marqué de signes de survie depuis. Comme nous l’avons dit, Roku n’a pas fait d’annonce depuis, et semble visiblement abandonner le marché français… Mais la révolution de la télévision, elle, n’est pas finie, et va s’accentuer ces prochaines TV. La montée des Android TV, de la convergence télécoms-médias, de la SVOD, du contenu « a la carte » et en OTT… vont bouleverser notre façon de consommer l’audiovisuel !

www.cablereview.fr

Une Box Internet garantie zéro coupure

Il y a des moments où on ne veut pas que sa box se coupe, quand on travaille chez soi à la création de son site web ou qu’on est freelance dans le digital. Concepteurs-rédacteurs, webmasters, développeurs, graphistes, designers sont autant de métiers qui nécessitent de pouvoir se connecter parfois 24h/24, 7j/7. Mais la connexion Internet, notamment sans fil, dépend de plusieurs facteurs et paramètres externes, qui peuvent parfois s’avérer capricieux, voire forcer les freelances à demander un délai supplémentaire pour la remise de leurs travaux. Sachant que certains contrats de travail prévoient des pénalités en cas de retard (et qu’il est difficile de blâmer la connexion Internet à chaque fois), voici comment booster sa liaison WiFI depuis chez soi.

Digital et Internet, un duo complémentaire

Création de site web, référencement naturel, développement de logiciels… des métiers et des tâches qui deviennent très compliquées, voire impossibles, quand la connexion Internet est perturbée. Certains optent pour les espaces de coworking dédiés où, moyennant un tarif à l’heure ou à la journée, les travailleurs indépendants ont accès à un poste de travail privé, ainsi qu’aux espaces partagés, imprimante-photocopieuse, connexion internet, ménage… Cette option est intéressante, à condition d’y mettre le prix.

Il existe quelques trucs simples pour optimiser sa connexion Internet, qui ne demande pas de sortir son porte-monnaie, comme par exemple :

  • Bien placer son routeur WiFi

L’emplacement du modem dans un logement est la première étape de la mise en place d’une connexion performante. L’objectif ? Placer la box Internet le plus au centre de la maison ou de l’appartement. Si possible dans le salon, ou la chambre (pour les petits studios). Évitez à tout prix de la couvrir, de la cacher dans une armoire, de la placer près d’un aquarium ou entre deux objets connectés. Le meilleur emplacement ? Posée sur un meuble à environ 1m du sol, bien dégagée.

  • Opter pour un mot de passe indéchiffrable

Si vous vivez dans un quartier fortement peuplé ou dans une copropriété, il est possible que certains internautes mal intentionnés profitent de votre connexion sans fil, ce qui affaiblit considérablement la force du signal. Vous pouvez les tenir à distance en créant un mot de passe supplémentaire (une sécurité WPA2) très fort, avec des chiffres et des lettres, des majuscules et des marques de ponctuation diverses. Cela améliorera les performances de votre connexion Internet.

  • Changer de canal

Par défaut, la plupart des box Internet utilisent le canal 11, qui de ce fait est souvent saturé. Et la connexion en WiFI en pâtit. Vous pouvez utiliser un scanneur Wi-Fi tiers pour déterminer quels canaux sont utilisés. En choisir un peu encombré peut améliorer vos performances.

  • Utiliser la Qualité of Service pour limiter les applications trop gourmandes en bande-passante

Si, comme beaucoup d’entre nous, vous êtes accros aux séries, et que vous streamez beaucoup de fichiers vidéos lors de vos soirées binge watching, cela peut avoir un impact sur les performances de votre débit. En limitant la bande passante qu’utilisent certaines applications, la QoS vous permet de profiter d’un meilleur débit pour certaines applications dont vous vous servez quotidiennement dans le cadre de votre activité professionnelle par exemple, et d’attendre la fin de la journée pour lancer Netflix et autres site de VoD.

Red by SFR : du low-cost au smart cost

Lancée en 2011, la marque Red by SFR avait initialement pour but de concurrencer Free. Le groupe de Xavier Niel avait fait son entrée (fracassante) sur le marché de la téléphonie mobile avec les forfaits les plus bas du marché (19.99€/mois). Pour rester en lice, SFR avait contre-attaqué en lançant les “séries Red de SFR”, une gamme de quatre forfaits sans engagements 100% en ligne. Pour se démarquer et aller plus loin, les séries Red incluait des offres Quadruple Play (RED+Box) associant un abonnement ADSL ou Fibre avec un forfait mobile 3G/4G.

Avec Red, SFR se met au vert

Attirer un public jeune, dynamique, en faisant preuve d’innovation. Tel était le défi de SFR en proposant. Le 2e opérateur français savait que pour ce faire, il lui fallait frapper fort, et plus qu’une innovation, il lui fallait une révolution.

Mais comment créer quelque chose de radicalement différent ? Qui inspire à la fois innovation et confiance ? Peu de choses suffisent, parfois, il faut juste changer la couleur. Le premier marqueur de ce changement radical a donc été la couleur, exit le rouge, qui rappelle trop SFR. Place à un vert lumineux, impactant mais pas agressif, et résolument issu de l’univers digital, associé à un logo simple et essentiel.

Le nouveau Red rappelle la mission de la nouvelle marque (la connexion et la mise en relation, symbolisées par un plug), mais exprime aussi sa nouvelle personnalité, légère et positive, teintée d’audace, symbolisée par un smiley formé par le E et le D.

Une dissociation nécessaire

À la fois indispensable et ingénieuse, RED by SFR partage des valeurs fortes avec ses consommateurs : indépendance, instantanéité, audace, liberté, qui caractérisent les générations X et Y. Des principes jeunes, en vogue, qui ne sont pas toujours spontanément associés à sa maison-mère de Red, SFR, du fait de son statut et de son positionnement.

Avec Red, on passe d’une offre à une marque : ce détachement marque la volonté du groupe de s’implanter dans l’ère des millenials et des digital natives. Forfaits sans engagement, prix cassés mais bénéficiant de la qualité du réseau SFR/Numericable, mais surtout le roaming data, cette fonctionnalité qui permet aux abonnés en déplacement à l’étranger d’utiliser leur téléphone mobile, smartphone (téléphone mobile avec écran tactile) ou tablette, etc, avec d’autres opérateurs, si le leur n’est pas disponible. Le message est clair, plus qu’une marque, Red by SFR, à l’instar de ses homologues Sosh et B&YOU, veut être avant tout un “bon plan”.