Roku aurait t-il abandonné le marché français ?

Roku, la célèbre marque de boitiers TV streaming, a fait son entrée dans le marché français fin 2015. La marque bat des records aux Etats Unis, en surplombant Apple, Google et Amazon et leur Apple TV, Nexus TV ou encore leur Fire TV… L’entrée en France de Roku prévoyait d’appliquer la même stratégie et exploser la concurrence. 2 ans après, c’est visiblement un échec. Tandis qu’Android TV monte en puissance et s’invite même dans les décodeurs de nos opérateurs, la marque semble être abandonnée et boudée… Il faut dire que Roku n’a pas fait grand-chose pour endiguer ça. Un flop ou un abandon du marché français ?

Qu’est ce que Roku ?

Roku est une marque américaine qui fournit des petits boîtiers de Streaming simples et rapides à utiliser. Ce boitier TV est indépendant du cablo opérateur, ce qui constitue une de ses premières forces. L’offre comprend plus de 2000 chaines et applications, sous forme de replay, de VOD, SVOD, ou de la TV en Direct… L’utilisateur peut donc décider de ce qu’il veut regarder et quand il le veut. De plus, c’est lui qui décide de ce qu’il doit payer pour voir tel canal. Une grande différence par rapport à un bouquet TV classique en France. Ainsi les cablo opérateurs en pâtissent avec une baisse importante des abonnements TV standards, même Apple, Google et Amazon n’arrivent à dépasser la marque violette avec leur Nexus Player, Fire TV ou Apple TV. Un succès donc !

Une révolution en Europe et en France prévu…

Suite à ce fort succès, Roku s’est intéressé de près à l’Europe, encore sous domination des opérateurs et du bouquet TV classique. Ainsi, fin 2015, la marque lançait ses offres en France. Trois produits étaient (et le sont toujours) proposés : Le streaming stick (une clé TV), le Roku 2 et le Roku 3 (tous deux des mini boitiers TV). Au lancement :  Netflix, Google Play, Spotify, YouTube, Dailymotion, France 24, Videofutur, Deezer et Arte. La marque a affirmé d’enrichir rapidement l’offre TV. La stratégie de Roku : la même qu’aux Etats Unis, désavantager aux maximum le bouquet TV en proposant du contenu « A la carte ». Un succès programmé ? Certains ont été septiques sur la possibilité à la marque de trouver son public, dans un secteur aussi concurrentiel dominé par les opérateurs téléphoniques.

… qui est en train de devenir un flop ?

Malheureusement, deux ans plus tard, le rêve devient cauchemar… Encore beaucoup de chaines manquent à l’appel comme MyCanal, Motolov, BFM TV, OCS… alors qu’elles sont déjà disponible chez Apple TV et Android TV ! Le site internet de Roku France n’a pas été mis à jour depuis un an pratiquement, tout comme sa page facebook… Plus aucunes annonces faites par la marque. Zéro communication.  Pire même, beaucoup ne connaissent même pas la marque, ou l’on oubliée. Il faut dire que niveau communication, c’est raté pour Roku. Ce dernier n’arrive donc pas à faire le poids face à ses concurrents ? Ou tout simplement que Roku a abandonné le marché français ?

Roku n’a-t-il pas mesuré la concurrence ?

Roku aurait t’il sous-estimé la concurrence en France ? Aux Etats-Unis, il n’y a pas d’offre triple play tout en un, l’abonné est libre de choisir à quels services il s’abonne : s’il veut un service de TV ou non. En France, tout est en un avec les box internet, la TV est par conséquent directement inclus, sans laisser le choix à l’utilisateur. De plus, Android TV, concurrent de Roku, est de plus en plus intégré dans les box, comme c’est le cas de la Bbox Miami et la Freebox Mini 4K… Enfin, la convergence télécoms médias n’est pas bénéfique pour Roku. SFR par exemple est passé du stade d’opérateur téléphonique traditionnel à un des plus grands distributeurs de contenus TV, Sport et Presse, mettant en concurrence Canal… mais également les boitiers TV comme Roku.

Vers un retrait de la marque du marché français ?

La marque n’a pourtant pas marqué de signes de survie depuis. Comme nous l’avons dit, Roku n’a pas fait d’annonce depuis, et semble visiblement abandonner le marché français… Mais la révolution de la télévision, elle, n’est pas finie, et va s’accentuer ces prochaines TV. La montée des Android TV, de la convergence télécoms-médias, de la SVOD, du contenu « a la carte » et en OTT… vont bouleverser notre façon de consommer l’audiovisuel !

www.cablereview.fr