Les nouveaux maires écologistes contre la 5G

De nombreux candidats écologistes élus lors des élections municipales ont utilisé la lutte contre la 5G comme argument électoral. Pourtant, il leur sera difficile de s’opposer à son déploiement.

Des maires anti-5G

Les élections municipales, qui se sont tenues dimanche dernier, ont été globalement remportées par les candidats du Europe Ecologie les Verts (EELV). Ils remportent ainsi plusieurs grandes villes comme Marseille, Lyon, Bordeaux ou encore Strasbourg.

Dans les grandes comme dans les petites villes, les maires écologistes ont fait de la méfiance envers la technologie 5G un véritable argument de campagne, en surfant notamment sur les nombreuses idées reçues qui circulent. Certains, comme Anne Vignot, maire de Besançon, avançant même une “préoccupation pour la santé publique”.

Quant à Pierre Hurmic, le nouveau maire de Bordeaux, il a affirmé qu’il souhaite ouvrir le débat sur “les dangers de la 5G” alors que la ville a été retenue pour accueillir une plateforme d’expérimentation 5G dans les mois à venir.

Peuvent-ils s’opposer au déploiement de la 5G ?

Malheureusement pour tous les maires méfiants vis-à-vis de la 5G, il n’est pas possible de s’opposer à son déploiement sur le territoire de leur commune. En effet, le Conseil d’Etat a décidé que la décision d’implanter des antennes-relais 5G est une compétence exclusive à l’Etat.

“Le maire ne saurait adopter, sur le territoire de sa commune, une réglementation relative à l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile et destinée à protéger le public contre les effets des ondes émises par ces antennes, sans porter atteinte aux pouvoirs de police spéciale conférés aux autorités de l’Etat” explique le Conseil d’Etat.

Cependant, si les maires ne peuvent pas empêcher l’implantation des antennes-relais 5G sur le territoire de leur commune, ils peuvent retarder le processus en publiant des arrêtés municipaux pour montrer leur opposition.

Pas de moratoire

Le gouvernement a fermement rejeté l’idée d’organiser un moratoire sur les supposés impacts de la 5G. Le calendrier de son déploiement devrait donc se dérouler comme prévu.

Un vrai climat de défiance

Avec les déclarations des nouveaux maires écologistes, nul doute que la défiance face à la 5G ne va pas s’estomper. Plusieurs associations ont déposé un recours face au Conseil d’Etat pour ralentir son déploiement.

Malgré une récente étude de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) qui confirme que la 5G est inoffensive, les actes de vandalisme sur les antennes-relais se multiplient.

Mis à jour le 3 Sep, 2021

redaction Notre équipe de rédacteurs
Redactor

Théo Morice

Consultant senior spécialiste des télécommunications