Test d’éligibilité à l’ADSL dans votre logement

test eligibilite adsl

La France compte 55 millions d’internautes, qui passent en moyenne 3h37 sur Internet, chaque jour, depuis un ordinateur ou une tablette. On peut comprendre par là l’intérêt porté au choix du fournisseur et du forfait ADSL. Avec les contrats d’électricité, d’eau et de gaz, l’abonnement Internet fait partie désormais des démarches administratives indispensables lorsqu’on change de logement. Si vous faites partie des 3 millions de français qui déménagent chaque année, ayez en tête que si tous les logements sont obligatoirement raccordés aux réseaux d’eau et d’électricité, ce n’est pas forcément le cas de la couverture Internet. Selon la zone géographique du logement où vous vous installez, la qualité du réseau ADSL et le choix des offres seront peut-être limités..Alors même qu’un accès Internet fixe et mobile est désormais une priorité pour une population toujours plus connectée. Comble de l’ironie : certaines zones urbaines sont parfois moins bien loties en matière de connexion ADSL que des villages ruraux. Un seul mot d’ordre donc : anticiper en testant en amont l’éligibilité à l’ADSL dans votre logement.

Vous changez de logement, de travail, de région ? Vous êtes muté ? Vous fondez une famille ou vous devenez propriétaire ? Voici comment tester votre éligibilité à l’ADSL dans votre logement.

Souscrire à une offre ADSL est possible. Prenez contact avec un conseiller Boutique Box Internet pour vous guider dans votre choix final. Composez le 09 72 50 77 40. Service entièrement gratuit.

L’éligibilité à l’ADSL

L’éligibilité ADSL est la possibilité qu’offre une ligne de téléphone à recevoir ou pas l’ADSL, en fonction de ses caractéristiques physiques mais aussi de son éloignement par rapport au central téléphonique, et des équipements ADSL installés dans ce même central. Pour connaître l’éligibilité de votre ligne, vous devez vous renseigner auprès de l’opérateur de votre choix ou faire un test d’éligibilité en ligne. En effet, tous les logements ne sont pas éligibles à l’ADSL par défaut : l’éligibilité à l’ADSL repose d’une part sur l’installation dans le logement d’une ligne téléphonique fixe comprenant une prise murale (en forme de “T”).

Le territoire français n’est donc pas couvert en totalité par cette technologie. Alors, si l’endroit où vous résidez n’est pas couvert et que votre domicile n’est pas éligible ADSL. Pour le savoir, c’est simple : il suffit de faire un test d’éligibilité. Voici les différentes étapes et méthodes pour effectuer un test d’éligibilité.

Qu’est-ce qu’un test d’éligibilité ?

Afin de connaître les offres que peuvent vous proposer SFR, Numéricable, Orange, Free et Bouygues Telecom, le test d’éligibilité définit le dégroupage et l’éligibilité de votre ligne à l’ADSL (et aux autres technologies de raccordement, comme la fibre ou le câble).

Le résultat du test ne prend que quelques secondes et est entièrement gratuit. À l’issue des résultats, le test présentera les différents forfaits accessibles à votre domicile. En fonction de vos besoins en connexion (appels à l’international, VOD, THD) et de votre budget, vous pouvez filtrer les différentes offres.  À partir du détail des offres, vous pouvez également étudier les fonctionnalités spécifiques et les services que vous désirez : prix de l’abonnement, débit, durée de l’engagement…).

Comment tester l’éligibilité à l’ADSL dans votre logement ?

Votre éligibilité à une offre ADSL dépend de la qualité de votre ligne téléphonique, de sa zone de dégroupage, et de la zone de couverture de l’opérateur. Pour tester l’éligibilité de la ligne dans votre logement, trois possibilités : en boutique (dans les points de vente de votre FAI), sur internet, ou par téléphone (en appelant le service client de votre FAI), un test d’éligibilité est réalisé à partir de l’adresse complète de votre logement ou du numéro de votre ligne de téléphone fixe par chaque opérateur pour déterminer à quelles offres vous êtes éligible.

Concrètement, le test interroge les réseaux des différents fournisseurs d’accès Internet (Orange, Free, SFR, Bouygues, etc) afin de savoir :

  • Si la ligne de votre logement est raccordable à l’ADSL ;
  • Si la ligne de votre logement est en zone dégroupée, ce qui vous permet de ne plus payer l’abonnement téléphonique si vous le souhaitez ;
  • Le débit réel auquel vous aurez accès (dépend de votre éloignement par rapport au central), ce qui détermine les offres et les fonctionnalités auxquelles vous pouvez prétendre en matière de connexion.

Si vous faites le test sur le site de votre opérateur téléphonique, les résultats indiqueront directement les différentes offre auxquelles vous pourrez souscrire. Il est possible que votre opérateur vous propose des offres triple, voire quadruple play. Certains particuliers choisissent de n’avoir qu’un seul opérateur pour l’accès à Internet, la téléphonie et la TV. D’autres préfèrent ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier et choisir un fournisseur pour chaque abonnement. Tout dépend des services dont vous avez besoin, mais également de votre budget.

En effet, de nombreux FAI proposent des offres de connexion haut débit (HD) et Très Haut Débit (THD) dont le prix mensuel annoncé correspond uniquement aux tarifs des douze premiers mois (la durée de la période de l’engagement). Passée cette première année, il n’est pas rare de voir le tarif des mensualités augmenter de parfois plus de 10€ par mois.

Avant de souscrire directement, comparez attentivement les offres. Il peut également arriver que les résultats du test indiquent que vous n’êtes pas éligible à l’ADSL dans votre logement.

Dans quels cas peut-on ne pas être éligible à l’ADSL ?

Depuis juillet 2007, tous les centraux téléphoniques sont équipés d’au moins un DSLAM (Digital Subscriber Line Access Multiplexer) capable de délivrer l’ADSL aux abonnés : il y a donc de fortes chances pour qu’un test d’éligibilité réalisé 10 ans après délivre un résultat positif. Cependant, il existe encore en France bon nombre de logements non éligibles à l’ADSL.

Les zones sans ADSL

D’après les services de l’État, près de 98 % du territoire français serait couvert par des offres ADSL traditionnelles. Toutefois, derrière ces chiffres qui semblent élevés, de nombreuses personnes vivant trop loin des relais n’ont pas accès à cette technologie et font donc figure d’exclus. Ces endroits se situent en grande majorité dans les zones rurales. Ces lieux, qu’on appelle aussi sur le plan administratif « zones blanches » ou « zones grises », concernent toutefois plusieurs centaines de villes et villages en France.

Même si actuellement l’ADSL couvre la majeure partie du territoire français. Il se peut que vous fassiez partie des quelques centaines de milliers de particuliers situés en « zone blanche«  (qui caractérise une absence de réseau haut débit fixe, tous opérateurs téléphoniques et Internet confondus) et mal couverts par les fournisseurs d’accès à Internet.

Il se peut aussi que vous vous trouviez en “zone grise”, desservie par un seul opérateur. Si les offres d’abonnement à Internet qu’il propose ne vous conviennent pas, il vous faudra dans ce cas vous orienter vers une alternative.

Le cas des logements neufs

En matière de connexion à Internet, les logements neufs s’inscrivent dans les nouvelles mesures gouvernementales, dont une en particuliers, lancée au printemps 2013 : le Plan France Très Haut débit. Cette nouvelle priorité nationale vise à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022, En conséquence, depuis 2012, les nouveaux immeubles d’habitation sont obligatoirement pré-équipés pour la fibre optique (FTTH). Cette partie terminale du réseau est ensuite mise à disposition d’un opérateur d’immeuble, désigné par le propriétaire ou le syndicat de copropriétaires, et mutualisée entre les différents opérateurs. Ce qui signifie que l’opérateur en charge du branchement n’a pas le monopole sur la fourniture d’accès à Internet chez l’ensemble des copropriétaires de l’immeuble.

Cela évite notamment de futurs travaux et valorise d’autant plus le bien immobilier qui bénéficie ainsi d’une connexion très haut-débit performante. Pour les logements éligibles à l’ADSL, il faut en revanche demander une ouverture de ligne. Le délai de raccordement varie alors de 10 à 50 jours selon les opérateurs.

S’il s’avère que vous n’êtes pas éligible à l’ADSL dans votre logement, ne désespérez pas ; des solutions existent.

Quelles sont les alternatives à l’ADSL ?

Le logement où vous vivez, où vous comptez vous installez n’est pas éligible à l’ADSL ? Vous n’êtes hélas pas le seul. Fort heureusement pour vous, des solutions existent, qui garantissent des possibilités de connexion tout à fait satisfaisantes. Faisons le point sur les alternatives qui s’offrent à vous pour contrer la fracture numérique.

Le haut-débit par Satellite

Là où l’ADSL ne passe pas, le satellite va. Depuis 2008, le marché du haut-débit par satellite s’est considérablement métamorphosé. Le principe consiste à installer une parabole et à dérouler un câble coaxial jusqu’au modem. Un abonnement Internet par satellite représente un vrai changement de paradigme pour de nombreux utilisateurs condamnés à un débit ADSL médiocre. Même les internautes les moins biens orientés par rapport au satellite peuvent espérer, a minima, un débit descendant de plus de 10 Mb/s, soit une performance facilement dix fois supérieure aux débits terrestres constatés dans les zones les plus rurales. Revers de la médaille : l’achat et l’installation de la parabole. Afin de ne pas pénaliser les internautes inéligibles à l’ADSL, de nombreux département français subventionnent les pack « Modem + Parabole ». En plus de cela, la démocratisation des forfaits en mode bidirectionnel et la baisse des prix du matériel ont rendu les connexions par satellite beaucoup plus nombreuses et faciles d’accès.

Le haut-débit par WiFi

Le Wifi permet un accès à l’Internet haut-débit sans fil par le biais de la norme 802.11 sous la forme d’ondes radio, émises par un routeur. L’objectif est d’étendre le haut débit aux zones inéligibles à l’ADSL en utilisant un réseau de desserte aérien et en partageant cet accès via le WiFi. Une antenne WiFI relaie le signal haut-débit depuis un point haut et le diffuse ensuite aux particuliers.

Le haut-débit par CPL

Le CPL signifie Courant Porteur en Ligne. L’idée est d’utiliser les réseaux électriques d’EDF déjà en place pour faire transiter les données numériques d’Internet avec des débits équivalents à l’ADSL. Le CPL n’est pas une technologie très répandue en agglomération, elle est beaucoup plus utilisée par les particuliers au niveau domestique, pour créer un réseau local chez soi. Le CPL est aujourd’hui utilisé par le compteur communicant Linky, le petit dernier d’Enedis en matière de réseau intelligent, pour relayer les index du compteur électrique directement au gestionnaire de réseau.

Les clés 3G/4G

Les clés 3G et 4G sont semblables en apparence à des clés USB et s’utilisent de la même façon. Branchées dans le port USB d’un PC, elles permettent aux utilisateurs de bénéficier d’une connexion Internet sur un ordinateur ou un tablette quel que soit l’endroit où ils se trouvent. La clé agit comme un petit modem de poche, qui capte le réseau 3G ou 4G de l’opérateur de téléphonie mobile dont elle dépend (Orange, SFR, Free, Bouygues). Initialement conçues pour les travailleurs nomades, elles peuvent servir à dépanner les utilisateurs dont le logement est situé en zone blanche ou grise. Ces forfaits sont disponibles à la vente avec ou sans engagement.

Foire aux questions

Qu’est-ce qu’un test de débit de connexion ADSL ?

Un test de débit de connexion ADSL sert à mesurer la vitesse réelle de votre connexion Internet. Lorsque vous souscrivez à une offre d’abonnement ADSL, le débit de connexion indiqué dans le détail de l’offre en Mbs correspond à ce qu’on appelle un débit maximum théorique, autrement dit, il s’agit d’une estimation qui ne tient pas compte des caractéristiques de connexion des utilisateurs. Le test de débit permet d’estimer la qualité de la connexion en fonction de la vitesse ascendante (upload), descendante (download) et du ping. Afin que le test de fiable, il est conseillé de le réitérer plusieurs fois, à intervalles différents afin d’obtenir une moyenne.

Comment tester l’éligibilité à la fibre dans son logement ?

Pour savoir si votre logement est éligible ou non à la fibre, vous pouvez contacter le service client de votre FAI ou faire un test d’éligibilité en ligne à partir de votre adresse ou de votre numéro de ligne téléphonique. Si le test est négatif, vous pouvez suivre l’avancée du déploiement de la fibre chez vous grâce aux cartes de couverture fibre optique mises en ligne par les FAI. Si le résultat du test positif, votre FAI vous indiquera les offres et les débits auxquels vous pouvez prétendre, ainsi que le type de fibrage en place (FTTH, FTTLA, FTTB).

article

Article écrit par:

calendar

( update 19 juin 2017 )