Comment être indemnisé en cas d’accident à moto ?

Les motards sont parmi les usagers les plus vulnérables sur la route. En cas d’accident de la route, les dommages, qu’ils soient corporels ou matériels, peuvent être conséquents. Comment est-on alors indemnisé ? Tout dépend si vous êtes victime ou responsable de l’accident. 

Le motard est victime de l’accident de la circulation

L’accident a été causé par un tiers

Le motard circule sur la voie publique et se voit percuter par une voiture. Cet accident de moto entre dans le champ de la loi Badinter du 5 juillet 1985, qui prévoit un droit d’indemnisation de tous les dommages engendrés par un accident de la circulation. Pour que cette loi s’applique, il est indispensable que trois éléments soient réunis :

  • un accident de la circulation ;
  • un véhicule terrestre à moteur ;
  • l’implication de ce véhicule. 

Ici le motard n’étant pas responsable de l’accident de la route, c’est l’assureur du conducteur responsable qui devra indemniser la victime, selon Euro-Assurance, spécialiste de l’assurance moto

Si le tiers responsable n’est pas identifié, n’est pas assuré ou encore que sa compagnie d’assurance est insolvable, c’est le Fonds de garanties des assurances obligatoires (FGAO) qui intervient pour indemniser la victime de l’accident

L’accident causé sans tiers responsable

C’est notamment le cas lorsque le motard a perdu le contrôle de son véhicule, qu’il chute et se blesse. Les dommages corporels qu’il peut subir ne seront pris en charge que s’il dispose, dans son assurance moto, de la garantie Personnelle du Conducteur

Quant aux dommages matériels sur la moto, ils ne seront indemnisés que si le motard dispose d’une garantie Dommages Tous Accidents. S’il n’est assuré qu’au tiers, il devra supporter lui-même les frais de réparation. 

Le motard est responsable de l’accident de la circulation

Les victimes non conductrices, qu’il s’agisse d’un piéton ou du passager de la moto, sont bien protégées car leur faute ne peut pas leur être opposée pour réduire ou exclure leur droit à indemnisation.

Toute règle ayant ses exceptions, leur faute pourra leur être opposée si :

  • le dommage a été volontairement recherché par la victime ;
  • la victime a commis une faute inexcusable qui a été la cause exclusive de l’accident de la route. 

Pour le conducteur de la moto responsable de l’accident, ses dommages corporels et matériels ne seront indemnisés que s’il bénéficie, respectivement, de la garantie Personnelle du Conducteur pour ses blessures, et de la garantie Dommages Tous Accidents pour les dégâts sur sa moto. 

Comment calcule-t-on le montant de l’indemnisation

En cas d’accident de la circulation, l’indemnisation des dommages corporels est calculée sur la base d’un rapport d’expertise médicale. Ce dernier est établi par un médecin expert de la compagnie d’assurance qui va procéder à l’indemnisation. Selon la loi Badinter précise, l’offre d’indemnisation  à la victime doit être faite par la compagnie d’assurance dans un délai de huit mois à compter de l’accident. 

Pour calculer le montant de l’indemnisation, plusieurs éléments sont pris en compte que l’on peut regrouper dans deux catégories : 

  • les préjudices patrimoniaux temporaires ou permanents, comme les dépenses de santé actuelles ou futures, les pertes de gains professionnels actuels ou futurs, les frais de logements adaptés, l’assistance par tierce personne, etc ; 
  • les préjudices extra-patrimoniaux temporaires ou permanents, comme les souffrances endurées, le préjudice esthétique, le déficit fonctionnel, le préjudice d’agrément, etc. 

S’il n’y a pas de tiers responsable, la victime conductrice sera indemnisée, au titre de la Garantie Personnelle du Conducteur, si elle en a souscrit une. Les préjudices indemnisés et le montant plafonné de l’indemnisation sont précisés dans le contrat. 

Comment aménager vos combles de la meilleure des façons ?

Vous souhaitez transformer votre grenier en un lieu où il fait bon vivre pour augmenter la surface habitable de la maison ? Certes, c’est généralement la solution idéale pour obtenir quelques mètres carrés en plus, mais cela nécessite généralement une grande préparation pour éviter tout problème. Aujourd’hui, nous vous expliquons les étapes incontournables pour aménager au mieux vos combles ! 

Malheureusement, le coup de rouleau à peinture ne suffit pas à lui seul pour faire de votre grenier un endroit idéal.

Charpente et toiture : que dois-je faire ?

Il faut vérifier l’état de la charpente de votre habitation : elle doit être en bon état. Si cela s’avère être le contraire, vous devrez faire appel à un professionnel pour la réparer pour garantir une sécurité optimale et nécessaire.

Il est également important de vérifier la hauteur maximale du grenier, elle ne doit pas descendre en dessous de 1,80m pour que vos combles deviennent le lieu de vos rêves. Encore une fois, si ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours demander à surélever le toit afin que les travaux puissent être effectués dans le cadre légal.

En ce qui concerne le toit, veuillez considérer que vous devez installer des fenêtres de toit pour permettre à la lumière naturelle de pénétrer de manière optimale. La lumière naturelle de votre ex-grenier est la principale raison du succès de ces travaux. Plus la lumière pénètre dans ce dernier, plus il y fera bon d’y vivre !

Petit rappel : Le PC est nécessaire à toutes modifications qui seraient faites à l’extérieur

Plancher et escalier : ce qu’il faut savoir

La rénovation de vos combles doit obligatoirement passer par l’installation d’escaliers pour un accès facile et sécuritaire ainsi que la mise en place d’un sol solide pour votre sécurité. Le sol doit répondre à des normes strictes, telles que supporter un minimum de 150 kg/m2.

L’isolation de vos combles est primordiale

Afin d’obtenir le confort ultime dans vos combles, l’isolation doit être votre priorité. L’isolation doit être installée sur le sol, les murs et le plafond afin que votre ex-grenier ne devienne pas un gouffre financier. En effet, bien isoler vos combles, c’est aussi économiser du gaz ou de l’électricité pendant les périodes froides.

Un très bon conseil : Lorsque vous rénovez ou aménagez vos combles, l’isolation que vous mettrez en place est comprise comme une rénovation énergétique et vous pourrez donc bénéficier d’aides financières.

Comment cloisonner et aménager mes combles ?

Maintenant que tous les travaux sont terminés, vous pouvez désormais apporter fraîcheur et modernité à vos combles ! Vous pouvez aménager ces derniers selon vos besoins : suite parentale, salle de jeux, espace détente à l’abri du bruit …

Quelle que soit la méthode choisie, votre ex-grenier doit être peint avec les couleurs les plus claires possible pour permettre à la lumière naturelle de se répandre dans toute la pièce. Vous devez également éviter les cloisons car il s’agit d’un petit espace : faites sans ! 

À quel prix ?

Le calcul est très simple, il faudra prévoir environ 1000 €/m2 suivant les travaux que vous envisagez. Cette estimation comprend l’isolation, le cloisonnement, électricité, la plomberie, la remise en état de votre ex-grenier, les ouvertures, etc…

Faire appel à des professionnels !

Afin de minimiser les coûts inutiles et d’éviter les imprévus (oui il y en a toujours), nous vous recommandons de vous laisser accompagner par un architecte. Laissez-vous guider par son professionnalisme et son goût pour l’aménagement. Encore faut-il que vous soyez accordé avec ce qu’il propose.

Le conseil final : Archibien vous propose de faire appel à 3 architectes différents pour le prix d’un. Nous mettons en compétition 3 architectes qui correspondent à vos projets, ils proposent chacun leur projet et vous choisissez celui que vous préférez. Rien de plus simple ! 

Agence digitale. Attirer vos clients avec l’inbound marketing

Et si vous inversiez les rôles, que votre client venait vers vous au lieu d’aller le chercher ? Un rêve ? Non, penchez-vous plutôt sur l’Inbound marketing, il est fait pour ça. A l’opposé du marketing classique plus intrusif, l’inbound marketing est un marketing de contenu destiné à intéresser vos prospects grâce à vos informations.

Proposé par une agence digitale, l’inbound marketing est une stratégie de création de contenu destinée à attirer des visiteurs ciblés pour les convertir en leads puis en clients, grâce à des techniques comme la création de contenu, le marketing automation ou encore le lead nurturing. Moins agressif pour votre client, ce marketing est très efficace s’il respecte un certain nombre de règles.

Plus concrètement, cette stratégie consiste à créer du contenu informatif à destination d’une cible déterminée à l’avance (ex. jeune femme de 25 ans pratiquant de fitness). Pas de contenu standard publié des milliers de fois mais des publications originales et calibrées pour intéresser votre cible.

Le contenu est-il suffisant ? 

Non bien sûr. Après avoir défini des objectifs, avec la méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporel) par exemple, une cible (via des personas idéalement), une ligne éditoriale, le boulot est-il fini ? Mauvaise nouvelle, il commence juste.

En effet, attirer sa cible sur son site web par exemple est déjà un très bon point. Générer du trafic idéalement qualifié sur une page web est important, voire essentiel mais que se passe-t-il après ? Est-ce suffisant ? Non.

Votre site web doit être pensé pour pouvoir accueillir, accompagner, orienter, qualifier et fidéliser votre visiteur pour le transformer le plus rapidement possible en client. Comment ? En pensant conversion. 

Et la conversion dans tout ça ?

Le trafic généré par votre contenu ou votre référencement naturel va devenir être converti en client final. Pour se faire, votre site web doit avoir imaginé un tunnel de conversion efficace, comme un tamis qui aurait peu de trous pour éviter de perdre trop de visiteurs.

L’idée est d’orienter intelligemment chaque visiteur vers un Call-to-action (CTA) par exemple comme une invitation à enregistrer son adresse email par exemple, pour s’inscrire à une newsletter, commander un Livre blanc ou encore participer à une jeu concours.

Il pourra aussi s’agir d’un module de chat en ligne, qui fonctionne aussi très bien, soit via des robots, soit via des collaborateurs capables d’apporter des réponses et accompagner vos visiteurs.

L’inbound marketing et le marketing automation

Enfin, pour être vraiment efficace, l’inbound marketing doit utiliser une solution de Marketing Automation. Elle vous fera gagner beaucoup de temps, en automatisant des tâches rébarbatives et répétitives pour concentrer vos efforts sur votre stratégie.

En envoyant automatiquement un message par mail ou sms à chaque événement défini par vos soins (ouverture d’une page, départ de votre site, anniversaire, etc.), le marketing automation va vous permettre de garder un contact avec votre visiteur, mais aussi de mesurer automatiquement le niveau de qualification et de maturité de vos leads, d’envoyer des e-mails automatiques en fonction de leurs comportements ou encore de transmettre au meilleur moment les leads les plus chauds aux commerciaux.

Et là c’est fini ? Oui et non, car l’inbound marketing nécessite de faire des points réguliers sur ce qui marche et ce qui marche moins bien pour réorienter sa stratégie. Bref, c’est du boulot mais cette stratégie est redoutablement efficace pour développer rapidement et durablement votre business. A mettre en place en interne ou en sollicitant une agence digitale.

Fenêtres, chauffage, piscine ou monte-escalier : Devis-Plus.com, l’interlocuteur qu’il vous faut pour vos projets de travaux

Vous avez un projet de travaux mais vous ne savez pas à qui vous adresser ? Vous aimeriez moderniser votre intérieur avec une nouvelle décoration, un monte-escalier pour mieux vous déplacer ou encore changer votre porte d’entée ? Il est vrai que parmi la multitude d’artisans qui existent, trouver l’interlocuteur qui saura répondre à vos attentes peut s’avérer compliqué. Avec Devis Plus, vous trouverez forcément le professionnel qui vous conseillera au mieux.

Un lien entre particuliers et professionnels

La priorité de Devis Plus est de trouver l’interlocuteur privilégié qui saura répondre à vos attentes pour votre projet immobilier. 

Vous avez un projet ? Grâce à eux, il pourra se concrétiser. Leur volonté est de réellement vous faciliter toutes les démarches liées à vos travaux. C’est pourquoi ils mettent un point d’honneur à trouver l’artisan qui vous accompagnera et qui correspondra à vos besoins. 

Le site web propose également des confrontations des points forts/faibles des différentes marques du marché français, comme le comparatif des prix des fabricants de monte-escalier.

Devis-plus, la solution pour vos travaux

Vous pourrez trouver sur le site internet un endroit où déposer votre demande de devis en ligne. Vous pourrez ainsi trouver le professionnel qui vous convient en fonction de la catégorie dont vous avez besoin, par exemple :

  • véranda et pergola,
  • mobilité : monte-escalier, ascenseur privatif, douche sénior,
  • piscine et abri,
  • chauffage,
  • fenêtres, porte d’entrée, volets roulants, battants, etc…

Une fois votre demande envoyée, les prestataires vous contacteront directement. En utilisant Devis Plus, vous vous rendrez compte que trouver un prestataire n’est finalement pas si compliqué que ça !

Des demandes de devis gratuites

Si vous faites une demande de devis, vous n’aurez rien à débourser. Grâce aux partenariats établis entre Devis Plus et différentes entreprises, les devis sont gratuits. Dès lors qu’un particulier est mis en contact avec une entreprise partenaire, cette dernière rémunère Devis Plus.

Les différentes entreprises sont en concurrence, elles ont donc tout à gagner à vous proposer les prix les plus bas, pour que vous les choisissiez elles et pas une autre.

En contactant un prestataire via Devis Plus, vous pouvez bénéficier d’aides et de subventions pour vos travaux. Contactez-les directement pour en savoir plus et pour connaître les conditions d’accès à ces aides.

Trouver l’artisan au meilleur prix

Pour trouver le professionnel le moins cher, il vous suffit de faire plusieurs demandes de devis. 

Une fois ces devis reçus, vous pourrez les comparer pour ne choisir que l’entreprise qui vous intéresse. Les demandes de devis sont gratuites, vous n’avez aucune obligation d’achat. Le seul montant que vous aurez à régler sera la prestation du professionnel choisi.

Vous tenir au courant de l’actualité

Sur Le Blog Maison & Travaux “Les Clés de la Maison”, vous pourrez trouver de nombreux articles sur plusieurs thématiques, comme par exemple :

  • fermetures et vérandas
  • piscine et abri
  • construction neuve
  • déco

Vous pourrez ainsi facilement vous repérer selon les questions que vous vous posez, pour trouver les meilleures réponses.

Comment les contacter ?

Si vous avez des questions sur les services que proposent Devis Plus, vous avez plusieurs moyens de les contacter :

  • par téléphone au 03 88 06 64 47
  • par courrier électronique à contact@devis-plus.com
  • par courrier à l’adresse suivante : Devis Plus, ZA Le Bosquet, Batiment B, 67580 Mertzwiller, France

Crédit immobilier : les banques durcissent les règles d’attribution

Cette année, les demandeurs de crédits restent perplexes. En effet, malgré que le taux du crédit immobilier soit en baisse en 2020, la plupart des demandes se voient être refusées. Une telle situation est due aux recommandations de la HCSF stipulant la durée maximale de crédit à 25 ans et le taux d’endettement à 33%. Toute de suite les détails

La banque privilégie les meilleurs profils emprunteurs

Les futurs acquéreurs d’une maison sont appelés à revoir leurs dossiers. Si auparavant, les critères d’éligibilité à un prêt immobilier se résument à un bilan financier stable, ils tiennent actuellement compte du revenu annuel. La crise oblige ! Les banques sont plus tolérantes, par exemple, à un salarié en CDI dont le revenu annuel est de 100 000 euros avec le refus d’un cumul de crédit.

Puis, la durée maximale autorisée pour un crédit immobilier est de 25 ans . Ainsi, pour rendre leurs projets plus réalistes, les particuliers devront ajuster leurs objectifs en conséquence. Comme alternative, la fidélisation à une banque est conseillée afin de bénéficier des traitements de faveur, car les banques peuvent déroger à cette restriction pour les 15% de ses dossiers.

Marginalisation de certains secteurs d’activité

À cause de la crise, certains secteurs d’activité sont pénalisés, non seulement au niveau de leur production, mais également sur ses projets de redressement. Les salariés en sont les principales victimes. Lors d’une soumission de demande de crédit immobilier, les banques au lieu de se référer à leur rémunération nette s’intéressent également aux finances de son employeur et de son entreprise. De plus, elles analysent la capacité de résilience financière de ses secteurs en considérant un scénario d’une crise continuelle. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet, ici.

Sont alors concernés par cette restriction, les salariés demandeurs de prêt immobilier travaillant dans le secteur non essentiel comme les évènementiels, la restauration, le tourisme, les aéronautiques et les automobiles.

Rudes conditions aux travailleurs indépendants

En temps normal un travailleur indépendant ayant pu démontrer une solidité financière de 3 ans est éligible à un crédit immobilier. Avec les nouvelles mesures, certaines banques réclament, en plus des bilans financiers de trois derniers mois, des pièces justifiant des rentrées continuelles d’argent comme les engagements de commandes.

Pour être éligible, un travailleur indépendant est sollicité à augmenter son apport personnel ou à inclure le salaire de son conjoint pour soutenir la capacité d’emprunt.

Les banques anticipent les défaillances de l’emprunteur

Rappelons un brief fonctionnement d’un crédit immobilier classique. Le montant à emprunter est majoré du taux immobilier. L’estimation de la période de remboursement tient compte des charges financières de l’emprunteur, de ses risques sanitaires et de ses capacités de production. L’emprunteur aura ainsi à choisir entre trois modalités pour son crédit :
Raccourcir le délai de remboursement en constituant un apport personnel incluant le frais du notaire à hauteur de 10 à 30 % du prix du logement;
Opter pour un délai de remboursement rallongé en empruntant à 110 % et ne verser ni apport personnel ni frais de notaire en échange ;
Acheter un immobilier à rénover et y inclure dans ses prêts le montant des travaux.

Actuellement les banques contestent la deuxième modalité refusant le prêt à 110 % en exigeant toujours un apport personnel avec le frais de notaire. Elles demandent aussi une garantie d’emprunt qui est estimée à hauteur de 10 à 20 % du prix du logement pour compenser les frais les travaux. En cas de défaillance de paiement, la banque mettra ainsi en enchère un bien en bon état dont le prix pourra compenser les restants dû.

Les autres aspects à considérer : taux d’usure, investissement locatif, renégociation de crédit

Les loyers sont désormais ajoutés aux revenus lors du calcul de la capacité d’emprunt de l’investisseur locatif. En conséquence, prévoir de payer la majorité des mensualités par le loyer devient impossible. Quant au taux d’usure, il est facilement atteint pour les demandeurs de crédit ayant des maladies chroniques ou étant plus âgés. La seule grande nouvelle c’est la possibilité de renégocier son crédit.

Ces mesures nous amène à conclure sur la nécessité d’un accompagnement par un courtier. Ce recours pourra éventuellement aider à la recherche des moyens comme l’abattage des frais de garanties, la réduction des frais de dossiers ou la couverture de seulement 50 % de l’assurance, la réduction du taux immobilier.

3 astuces pour choisir sa box internet tout en faisant des économies

Un déménagement, une nouvelle région, à la ville ou à la campagne, en appartement ou en villa, l’arrivée d’une nouvelle personne à votre domicile, ou la perte d’un emploi, sont autant de raisons de revoir le contrat de votre box à la baisse avec son opérateur.

Renégocier votre contrat avec votre opérateur actuel

C’est la première astuce à faire avant d’aller chercher un autre opérateur téléphonique lorsque votre abonnement arrive à échéance.

Contactez votre opérateur pour lui demander une réduction substantielle sur votre facture.

Le conseiller commercial préfèrera vous proposer un geste commercial car cela lui coûtera moins cher de conserver un client même à un tarif inférieur que de devoir démarcher de nouveaux clients.

Identifier vos besoins

Pour la deuxième astuce, vous devez vous poser la bonne question : De quoi ai-je besoin à la maison ? Internet, téléphonie ou télévision.

Il n’est pas nécessaire de payer pour des offres que vous n’utiliserez jamais.

  • Si vous utilisez Internet régulièrement pour le travail, regarder des films en streaming, jouer à des jeux en ligne, vous aurez besoin d’un forfait Internet à très Haut débit.
  • Si vous regardez la télévision quotidiennement, pensez à demander un abonnement qui inclut des options multi TV ou l’enregistreur.
  • Vous préférez téléphoner à des fixes ou à des mobiles en France ou à l’étranger, choisissez un forfait incluant les appels émis vers fixes et portables et vérifiez aussi les destinations incluses vers les autres pays.

Tester votre éligibilité

La troisième astuce est de vérifier votre éligibilité aux différentes technologies proposées par les opérateurs.

3 options s’offrent à vous de la plus rapide à la plus lente :

  • La fibre optique :  La technologie la plus performante sur le marché actuellement avec un débit de connexion allant de 200Mb/seconde à 1 Go/seconde. En cours de développement sur le territoire français, elle sera étendue sur toutes les zones géographiques du pays d’ici 2022.
  • Le VDSL : A mi-chemin entre l’ADSL et la fibre optique avec son débit pouvant aller jusqu’à 70 Mb/s et 100Mb/s pour le VDSL2. Il est beaucoup moins développé que l’ADSL.
  • L’ADSL : elle date des années 2000. Malgré son débit très largement inférieur à la fibre optique de 1 Mb/s à 20 Mb/s, elle est la plus largement développée sur le sol français.

Ce ne sera pas utile de choisir une option fibre optique beaucoup plus chère si votre logement n’est pas accessible à cette technologie. Un forfait ADSL suffira largement.

Et pour économiser encore plus d’argent

Voici d’autres techniques pour les plus « radins » :

  • Ne pas prendre de box et utiliser un partage de connexion avec le forfait de votre téléphone portable. Par exemple, avec un forfait mobile de 5Go vous pouvez regarder 2 heures de vidéo en full HD, écouter 30 heures de musique et surfer au moins 60 heures sur la toile.
  • Si vous avez un voisin de confiance à côté de chez vous, vous pouvez profiter de ses codes wifi et partager la connexion à 2. Mais assurez-vous d’abord d’avoir une bonne couverture wifi dans votre domicile sinon il vous faudra investir dans un amplificateur wifi.
  • Pensez à l’abonnement triple play (mobile, télévision et internet), tarif beaucoup plus avantageux et ignorez les forfaits à plus de 40 €/mois, trop cher pour votre utilisation familiale. Par exemple, vous pouvez diviser par 2 votre facture internet avec une offre triple play par rapport à l’achat de 3 forfaits distincts.
  • Profitez des offres promotionnelles, cela peut être l’occasion d’une bonne affaire que vous n’oublierez pas de renégocier avant la fin de votre contrat !
  • Méfiez-vous des offres trop alléchantes sur internet qui peuvent cacher des augmentations exorbitantes l’année suivante.
  • Dernières astuces pour les plus radins avant de changer d’opérateur : n’oubliez pas les frais de résiliation et le renvoi de votre box en courrier recommandé.

Bref, tous ces petits conseils vous aideront à comparer le meilleur opérateur internet pour déterminer l’offre qui vous correspond le mieux en fonction de vos besoins, de votre emplacement géographique (en ville ou en campagne) et bien sûr de votre budget.
Vous trouverez encore plus d’astuces pour économiser de l’argent sur ArgentAZ.

Devenir propriétaire avec le Smic : est-ce possible ?

Vous souhaitez devenir propriétaire, mais vous vous demandez quel montant vous pourriez solliciter dans le cadre d’un crédit immobilier pour financer cet achat. En effet, vous êtes au Smic. Il est important de savoir que si le montant des revenus conditionne le montant du prêt accordé par la banque, ce ne sera pas le seul critère.
Nous vous expliquons donc ici quels seront ces différents critères et donnons quelques conseils pour obtenir le crédit qui vous permettra d’acquérir un bien immobilier.

Déterminer le montant du prêt sur base des revenus

Obtenir un crédit immobilier et devenir propriétaire avec un Smic est possible. En revanche, ce crédit aura ses limites. Il vous faut donc sélectionner un bien dont vous serez en mesure de financer l’achat.
Pour y voir plus clair et savoir vers quoi s’orienter, l’idéal est de retourner la problématique : définir le montant empruntable sur base de vos revenus et, ensuite, choisir un bien dans cette catégorie de prix.
Les banques ont pour recommandation du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) de ne pas accorder de crédit immobilier au-delà de 33 % à 35 % de taux d’endettement. Il faut donc que les mensualités de vos crédits cumulées ne dépassent environ un tiers de vos revenus fixes.
Avec le Smic, il est donc possible d’emprunter près de 100 000 € sur une durée de 25 ans.
Partant de là, vous pouvez choisir un bien qui corresponde à vos besoins en fonction également de l’apport personnel que vous serez en mesure mettre dans cet achat.

Conditions d’octroi d’un prêt immobilier au Smic

La base : un emploi, des revenus fixe et éventuellement du patrimoine
Les organismes prêteurs cherchent avant tout des profils avec des situations stables. Ainsi, si vous êtes employé en CDI ou fonctionnaire, vous pourrez mettre avant la stabilité de vos revenus, probablement destinés à augmenter. Si vous êtes en CDD, la présence d’un co-emprunteur en CDI ou fonctionnaire pourra également rassurer la banque.
Les revenus qui seront pris en compte dans le cas d’un crédit immobilier doivent être fixes. Il peut donc s’agir de votre salaire, d’une pension de retraite ou de revenus fonciers. En revanche, les allocations (chômage, CAF…) ne sauraient entrer dans le compte pour un emprunt de longue durée.
Si vous êtes déjà propriétaire, vous êtes en possession d’un patrimoine immobilier. Cet argument n’est pas négligeable, car celui-ci pourrait servir de garantie à votre emprunt. Il en va de même pour un patrimoine financier (épargne, assurance vie, actions…). Toutefois, ne pas posséder de patrimoine immobilier ou financier n’est pas un critère excluant pour l’obtention d’un crédit.

Les garanties : tout dépend de votre profil emprunteur
L’octroi d’un crédit immobilier de 100 000 € sera nécessairement soumis à garantie. Celle-ci est destinée à protéger le prêteur en cas de défaillance de l’emprunteur.
En fonction de votre profil emprunteur, plusieurs types de garanties seront possibles :
l’assurance emprunteur
l’hypothèque
le nantissement d’avoirs financiers

L’apport personnel
En raison des fluctuations du marché de l’immobilier, les banques sont particulièrement réticentes à octroyer un crédit immobilier couvrant la totalité de l’acquisition : achat du bien, travaux éventuels et frais de notaire.
Être en mesure de financer une partie de l’achat (a minima les frais de notaire) sera un autre argument en votre faveur pour obtenir un crédit immobilier au Smic et ainsi devenir propriétaire.

Le regroupement de crédits : une solution alternative

Si vous avez déjà deux crédits en cours de remboursement pour un minimum de 20 000 €, il devient en revanche compliqué d’obtenir un prêt immobilier, a fortiori au Smic. Si en outre vous n’avez pas les fonds nécessaires pour un apport personnel, il est peut probable qu’un crédit immobilier vous soit accordé, bien que chaque dossier soit différent et étudié soigneusement par les banques.
Une solution alternative peut alors être de passer au préalable par le rachat de crédits.
En regroupant vos différents crédits en un seul, vous pouvez étaler le remboursement de ce prêt de substitution. Ainsi, vous réduisez votre nouvelle mensualité unique jusqu’à -60 % et, avec celle-ci, votre taux d’endettement pour repasser sous la barre des 33 %.
Dans le cadre de ce regroupement de crédits, il est également possible de solliciter l’octroi d’une trésorerie complémentaire. Celle-ci pourra venir alors compléter votre apport personnel.
Pour obtenir le rachat de crédits le mieux adapté à votre situation particulière, il est recommandé de faire des simulations en ligne. Celles-ci sont gratuites et sans engagement. En plus, si vous passez par un comparateur de crédits proposant une simulation de rachat de crédits, vous toucherez plus d’organismes financiers d’un seul coup. Cela représente une économie de temps considérable et vous permets de comparer librement les propositions pour choisir la formule la mieux adaptée à votre situation particulière.

Comment équiper sa résidence secondaire d’un système d’alarme sans internet ni électricité ?

Les maisons de vacances, qu’elles soient en bord de mer, à la montagne ou à la campagne, sont régulièrement la cible des cambrioleurs. Elles sont souvent inoccupées une grande partie de l’année, ce qui  permet aux cambrioleurs d’agir sans crainte d’être surpris. Ainsi, entre 2016 et 2018, 37 000 ménages ont déclaré avoir été victimes d’un cambriolage (ou d’une tentative) de leur résidence secondaire[1].  Pour s’en prémunir, la solution la plus adaptée est de disposer d’un système d’alarme. Quelle solution choisir si vous n’avez pas d’électricité ou de connexion internet dans votre logement ? 

Un système d’alarme sans connexion internet ni électricité

Pour les logements sans électricité ni internet, il est possible de bénéficier d’un système d’alarme autonome. 

Cette offre est adaptée pour protéger les maisons secondaires, mobil-home, abris de jardin ou encore les bateaux lorsqu’ils sont amarrés au port. 

Le système intègre  une centrale d’alarme alimentée par des piles et une batterie qui disposent d’une autonomie de 3 à 4 ans. La centrale est reliée au Centre de Télésurveillance grâce à une carte SIM GSM-GPRS . Lors de l’installation,  l’opérateur qui offre la meilleure qualité de réseau est sélectionné.  Grâce à la bonne couverture du territoire national, ces systèmes d’alarme peuvent être installés partout en France.

De quoi assurer la protection de vos biens contre les cambriolages, squats ou encore le vandalisme tout au long de l’année. 

Pour une protection optimale, l’installation[2] est assurée par un réseau d’installateurs agréés par Protection 24. Le remplacement des piles est inclus dans l’offre et assuré par Protection 24.

Un système d’alarme associé à une prestation de télésurveillance pour une protection efficace 24h/24 et 7j/7

L’offre de Protection 24  est proposée sur abonnement à partir de 32,70€ TTC/ mois et couvre la mise à disposition du matériel associée à un service de télésurveillance. Le service est assuré 24/24 pour une sérénité totale. 

En cas de déclenchement, les opérateurs du Centre de Télésurveillance s’occupent de tout ! Ils vérifient la réalité de l’intrusion (levée de doute) grâce à l’analyse des déclenchements, des images obtenues et à l’écoute d’éventuels bruits sur le site protégé. 


Si la présence d’un individu est avérée, une identification, via un code confidentiel que vous seuls possédez, est demandée. 

En cas d’effraction, les opérateurs du Centre de Télésurveillance alertent les Forces de l’Ordre, et dépêchent un intervenant sécuritaire sur place. Ils mettent également en œuvre le dispositif d’assistance si nécessaire.

L’application mobile Protection 24 permet de piloter le système à distance,  (service inclus dans l’abonnement).

Grâce aux notifications, vous êtes averti de tout déclenchement du système d’alarme. 

Vous pouvez maintenant laisser votre  maison de vacances inoccupée en toute sérénité !

Pour  plus d’informations ou obtenir un devis personnalisé, rendez-vous sur le site de Protection 24.


  1. Source : Enquête « Cadre de Vie et Sécurité 2019 ».
  2. Les frais d’installation sont facturés 145€ TTC.

Achat immobilier dans les landes : Réussir vos transactions immobilières avec Pontonx Immobilier !

Achat, vente, location, gestion, de biens immobiliers, il existe des entreprises bien qualifiées pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets immobiliers. Pontonx Immobilier est l’une de ces entreprises qui aident à mener à bien vos transactions immobilières. Si vous n’aviez aucune idée de l’accompagnement qu’apporte cette entreprise à ses clients, découvrez-le dans cet article !

L’essentiel à savoir sur Pontonx Immobilier et ses activités

Pontonx Immobilier est une entreprise française immobilière située dans le département des Landes en Nouvelle-Aquitaine, et plus précisément dans la commune de Pontonx-sur-l’Adour. Cette entreprise s’y est installée depuis l’an 2000 et offre divers services à ses clients dans le secteur de l’immobilier.
● Accompagnement de ses clients dans l’achat, la vente et la location ou la gestion de biens immobiliers ;
● Accompagnement de ses clients dans l’estimation de la valeur de leurs biens immobiliers.

Les atouts de cette entreprise
Plus de 20 ans d’expérience, une connaissance approfondie du secteur,
C’est tout d’abord des estimations fiables car Vendeurs et Acquéreurs souhaitent avoir les bonnes informations !
Pontonx Immobilier c’est également un suivi et des conseils avisés

Comment contacter Pontonx Immobilier ?

Le site internet : http://www.pontonximmobilier.com/
La page Facebook : https://www.facebook.com/IMMOBILIERPONTONX/
Instagram @pontonximmobilier
contact@pontonx-immobilier.fr
05.58.55.50.69

Les 5 questions à se poser avant de vendre un bien immobilier

Vendre son bien est une étape importante qu’il ne faut pas prendre à la légère. Il s’agit d’une décision qui va certainement impacter votre cadre de vie. C’est pourquoi il est indispensable de se poser ces 5 questions fondamentales avant d’entreprendre votre projet.

1. Pour quelle raison je souhaite vendre ?

Prendre la décision de vendre son bien immobilier n’est pas toujours chose facile.
Il est naturel lorsque vous avez vécu plusieurs années dans votre logement d’y être attaché et de souhaiter en obtenir le meilleur prix.
Qu’il s’agisse d’un changement personnel ou professionnel la vente d’un bien prend plusieurs mois. C’est pourquoi il vaut mieux être sûr de sa décision et de bien préparer sa stratégie de vente. Les raisons les plus courantes sont : une famille qui s’agrandit, un nouvel emploi, une situation familiale qui change, une succession…

2. Quand est-ce que je dois vendre ?

Il faut compter en général entre 3 et 5 mois entre la mise en vente et la signature définitive chez le notaire. A condition d’être au prix du marché. Il faut faire réaliser une estimation de son bien au maximum 3 mois à l’avance car le marché de l’immobilier est très fluctuant surtout selon votre secteur géographique. L’attractivité de votre bien ne sera pas la même selon si votre secteur est tendu avec beaucoup d’acheteurs mais peu de biens ou si de nombreux biens sont disponibles sur le marché ce qui aura tendance à faire un peu baisser votre prix de départ.

3. Dans quel nouveau projet vais-je investir ?

Quel que soit votre projet, commencez par faire les comptes. Combien vous reste-t-il de crédit immobilier à payer, existe-t-il des frais de remboursement anticipé dans votre contrat, combien coûtera votre nouvelle propriété, de combien avez-vous besoin pour couvrir les frais de déménagement, les frais de notaire… ?
Une fois que vous avez déterminé votre budget, vous y verrez un peu plus clair sur vos critères de recherche de votre nouveau bien (terrasse, garage, secteur…)

4. Suis-je conscient du prix du marché de mon bien ?

On peut avoir tendance à surestimer son bien pour plusieurs raisons : le coût des travaux que l’on a investi, l’affect, le marché de l’immobilier n’a pas augmenté dans toutes les zones géographiques…
Pour éviter cette erreur qui risque de nuire à la vente de votre bien, il est important de bien faire estimer son bien avant de le mettre en vente. Vous pouvez faire appel à un agent immobilier qui vous remettra un dossier d’avis de valeur avec les points forts et les points faibles de votre bien. Chez Beemmo, l’agence immobilière au forfait fixe de 4990€, l’estimation est gratuite.

5. Faut-il réaliser des travaux avant de vendre ?

La plupart des ventes immobilières se font « en l’état ». Contrairement à la mise en location, il n’y a aucune obligation à mettre aux normes les installations électriques ou de gaz pour vendre. En revanche, cela aura forcément un impact négatif sur le prix de vente.
Il est fortement conseillé à minima de bien nettoyer votre logement et d’effectuer toutes les petites réparations nécessaires pour ne pas laisser une mauvaise impression aux potentiels acquéreurs.
Il peut être intéressant de rénover une pièce telle que la cuisine ou la salle de bains si elle dénote vraiment avec les autres pièces du logement.
La réalisation de travaux ne permet pas forcément de vendre plus cher mais elle permet de réduire le délai de vente et la marge de négociation. Vous pouvez par exemple améliorer la performance énergétique de votre logement en changeant vos fenêtres ou votre système de chauffage : un critère auquel les acheteurs accordent de plus en plus d’attention.
Si vous souhaitez d’autres conseils pour vendre votre bien immobilier, vous pouvez lire cet article.